Interview de Fatima Zahra Moutie

INTERVIEW DE Mme SAAD NEE : FATIMA ZAHRA MOUTIE PRESIDENTE DE « SOS HANDICAPEE »

QUI EST Mme SAAD ?

Je m’appelle Fatima Zahra Moutie, mariée à un libano –sénégalais et mère de deux enfants. J’ai eu ma licence en gestion des entreprises et je suis gestionnaire. J’ai commencé mon travail social au Maroc auprès des amis et frères handicapés. Je faisais également beaucoup d’actions sociales. Quand je suis venue à Dakar, je voulais continuer ce que je faisais. C’est ainsi que j’ai crée une association avec l’appui des amis. Cette association a commencé ses activités au mois de juin. Nous avons fait opérer onze personnes atteintes du cataracte, un enfant atteint du d’hydrocéphale avec cette catastrophe naturelle abattue cette année à Dakar, en l’occurrence les inondations, nous avons offert des couvertures et des cartons de lait aux sinistrés logés au CICES.

QU’EST CE QUI VOUS A POUSSE À RESIDER AU SENEGAL ?

C’est parce que je suis mariée à un sénégalais. Et ce qui m’a le plus attiré au Sénégal, c’est que les gens sont généreux et honnêtes. Il y’a également cette solidarité sénégalaise qui est de mise du fait que les gens sont démunis.

PEUT- ON SAVOIR CE QUI VOUS A MOTIVE A ENCADRER LES PLUS DEMUNIS PAR LE BIAIS DE « SOS HANDICAPEE »? Le vrai but, c’est que la société a des disparités sociales qui se manifestent de manière grave, prenant comme exemple le vendredi, les gens considèrent ce jour comme étant celui de la mendicité. Face à cette situation, « SOS handicapés » entend lutter pour combler ce fossé en encadrant les plus démunis, matériellement et psychologiquement. Par la même occasion, nous essayons de faire de sorte que les disparités soient évitées entre les différentes couches sociales.

COMMENT PARVENEZ-VOUS À REUSSIR CETTE ALCHIMIE ENTRE LE TRAVAIL À « SOS HANDICAPEE » ET VOTRE FOYER ?

Un foyer se gère par le suivi direct, par l’amour des gens par contre, je vois beaucoup de femmes qui ne parviennent pas à allier les deux. A mon niveau, j’ai le temps de m’occuper de mon mari, de mon foyer et de mon travail à « SOS handicapés »

QUEL REGARD PORTEZ-VOUS SUR LE COMPORTERMENT DES FILLES ?

Ce qui se passe aujourd’hui avec les filles au Sénégal est une catastrophe. Je pense que ce sont les effets de la modernisation qui ont transformé les filles sénégalaises en mannequin. La pudeur qui faisait le charme de la femme sénégalaise, a laissé la place à un exhibitionnisme impudique. Le plus désolant se trouve dans le fait que les filles désertent les bibliothèques, les centres culturels et les facultés entre autres pour se réfugier dans les boutiques de mode et les lieux de divertissement.

VOTRE DERNIER MOT ?

Je voudrais bien que le Sénégal ait des personnes qui le soutiennent comme moi malgré que je ne sois pas d’origine sénégalaise. Cela pour que les gens vivent en paix et dans le bonheur.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site