INTERVIEW DE FEUE

INTERVIEW DE FEUE MADAME FATOU NDIAYE SOW :

EX-DIRECTRICE FALIA EDITION. www.e-monsite.com/faliaenfance

« FAISONS DE L’ENFANT ET DU LIVRE DEUX AMIS INSEPARABLES »

POUVEZ VOUS NOUS RACONTER VOTRE ITINERAIRE ?

J’ai été enseignante pendant une quarantaine d’années, trente huit ans précisément. Je suis née en 1937 j’ai fais toute ma carrière à Dakar avec mon mari qui était aussi enseignant.

QU’EST CE QUI VOUS A POUSSE DANS L’ECRITURE ? 
Depuis ma tendre enfance, j’avais du goût pour le livre et la lecture. Quand j’étais au collège Ahmet Fall à saint louis où j’ai dévoré tous les livres de la bibliothèque ce qui m’a poussé  à écrire un roman autobiographique que je n’ai jamais publié ?

POURQUOI VOUS INTERESSEZ VOUS A LA LITTERATURE DES ENFANTS ?

Le fait que j’aie choisi d’écrire pour les enfants c’est que j’aime passionnément ces derniers et je voudrais participer à leur éducation et les aider à remodeler leur personnalité fondamentale africaine et pour ce faire je leur propose  des livres tirés sur leur patrimoine culturel.

NE PENSEZ-VOUS PAS QUE LA LITTERATURE A PRIS DU RECUL PAR RAPPORT

AUX DICIPLINES SCIENTIFIQUES ?

Avec l’avènement des nouvelles technologies il y’aura sûrement  un impact sur la littérature qu’on parle des livres de l’Internet qui n’est pas accessible  tout à un chacun et surtout en Afrique.Je pense que notre  meilleure manière est de préserver la littérature, c’est d ‘amener les enfants à aimer le livre, les aider à les posséder à un faire un ami inséparable.

Y’A T-IL UNE TECHNIQUE PARTICULIERE POUR MAITRISER LES RUDIMENTS DEL’ECRITURE  DU ROMAN ? 
Pour moi ma technique c’est d’abord.qu’est ce que je veux donner aux enfants pour que j’écrive et comment faire pour y arriver je tiens beaucoup à la pensée enfantine qui a des modes d’expressions liés à la psychologie de l’enfant que tout écrivain doit connaître.

EXISTE –T-IL UN MARCHE  POUR L’EDITION ENFANTINE AU SENEGAL ? 
En tant que promotrice de la maison de Falia Edition Enfance, je sais que le livre pour enfant coûte cher et les maisons d’édition ont d’énormes problèmes financiers parce qu’elles ne sont pas soutenues par l’Etat.Face à cette situation les parents éprouvent des difficultés à payer des livres pour leurs enfants et nous n’atteindrons pas l’objectif qu’on s’était fixé de faire l’enfant et du livre deux amis inséparables.

DERNIER MOT ?

Je conseille aux  enfants de  s’intéresser à la littérature  de beaucoup lire  les grands auteurs de tous les bords pas seulement les Africains mais les autres.

INTERVIEW DE FEU Mme FATOU NDIAYE SOW fait  LE 05 octobre 2004

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site